L'immobilier à Caraman
28 juil

Les acheteurs sont de retour à Caraman !

housebuilding-1005491_1280

Les Bleus sont champions du monde ! Si l’équipe de France a renouvelé l’exploit de la bande à Zizou, du point de vue du marché immobilier, les années 1998 et 2018 sont très différentes !
Vousfinancer.com, au lendemain de cette victoire, s’est amusé à ressortir les chiffres clés de 1998 en matière d’inflation, de taux de crédit et de pouvoir d’achat immobilier, pour comparer ces deux périodes et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il y a eu du changement.

En 1998, l’euro n’était pas encore en circulation ! On consommait en francs… L’inflation était à un niveau très bas, quasi-nulle (0,6%). Les taux de crédit en revanche n’avaient à rien à voir avec ceux d’aujourd’hui : 6,40 % en moyenne pour les crédits immobiliers à taux fixes sur 16 à 20 ans (contre 1,40 % actuellement) et 5,47 % pour ceux à taux révisables qui représentaient alors près de 40 % de la production totale selon la Banque de France.

Du côté des prix de l’immobilier, là, en revanche, c’est la douche froide : depuis 1998, ils ont beaucoup progressé. Et c’est à Paris que la hausse des prix de l’immobilier est la plus spectaculaire : dans la capitale, ils ont augmenté de 314 %, soit plus que quadruplé en 20 ans ! Résultat, le pouvoir d’achat immobilier pour 1000 €/mois a été presque divisé par 3, passant de 60 m² en 1998 à 22 m² actuellement !

Vous avez une maison à vendre à Caraman ? Soyez rassuré : du point de vue de l’immobilier, comme du football, 1998 a été une année exceptionnelle, mais 2018 l’est désormais aussi grâce à la victoire de l’équipe de France et à des niveaux de taux de crédit proches des records historiques. Les conséquences ? Depuis la mi-mai, les acheteurs sont de retour et la demande de crédits explose (elle atteint le même niveau qu’en juin 2017). Et pour cause : il est possible d’emprunter à moins de 1 % sur 15 ans, des taux réels négatifs au regard de l’inflation à 2,1 % !

O.D. / Bazikpress © Pixabay

Article précédent


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée